Les sorties à cheval interdites: “Cela peut engendrer des problèmes de santé pour l’animal”

Un confinement peut générer de gros soucis de santé pour les chevaux.

Les mesures de confinement destinées à endiguer la propagation du coronavirus touchent également les animaux. Et si les propriétaires de chiens sont autorisés, à condition de respecter la distanciation sociale, à promener leur toutou, depuis quelques jours, les promenades à cheval sont, elles, interdites. Une interdiction qui n’est pas sans conséquences pour leur santé.

“Confiner un cheval du jour au lendemain, surtout si c’est un cheval sportif qui s’entraîne régulièrement, peut perturber son bien-être. Il va s’ennuyer, peut-être manger plus et développer des coliques, qui peuvent être mortelles, explique le député bruxellois Jonathan de Patoul (Défi). Les sorties à cheval sont par exemple interdites en forêt alors que les sorties à vélo ou à pied, souvent plus sujettes à promiscuité, sont autorisées. On compte près de 400 chevaux à Bruxelles. Avec les restrictions d’occupation des pistes à un seul cavalier à la fois, certaines écuries ne disposent pratiquement plus que de ce moyen pour faire bouger les chevaux.”

Au courant de la situation, le ministre en charge du Bien-être animal Bernard Clerfayt (Défi) est en contact avec les quelques manèges bruxellois. Il se dit favorable à une autorisation des promenades à cheval, dans le respect des règles de distanciation sociale. “Les chevaux ne sont pas destinés à rester confinés et là, ça fait trois semaines. Tant qu’on respecte les règles de distanciation, promener son cheval n’est pas pire qu’aller faire son jogging. Nous avons donc interpellé le fédéral sur cette question pour adapter la règle.”

Autre problème : les manèges qui possèdent leurs chevaux et ne disposent désormais plus de rentrée d’argent pour nourrir les animaux. “La nourriture des chevaux ne coûte pas très cher, nous sommes en train d’imaginer un système de subside pour venir en aide à ces manèges.”